Aller au contenu principal

Des principes actifs au totum de la plante

Contrôler l’action médicinale d’une plante en cherchant à concentrer la ou les composés à l’origine de son effet est logique. 

En apprenant à mieux connaitre les propriétés des plantes et en isolant leurs composés, on a gagné en précision, reproductibilité de l’effet et puissance d’action. 

Mais cette approche ne tient pas compte de la complexité moléculaire du végétal.

En effet, certaines propriétés pharmacologiques et médicinales d’une plante ne sont pas liées à un seul ou quelques substances mais parfois à plusieurs centaines de molécules qui agissent en synergie et qui sont à l’origine des effets sur lesquels repose l’usage traditionnel de la plante.

Thumbnail

Des centaines de substances réputées actives

Parmi ces composants essentiels aux propriétés des plantes médicinales, on peut distinguer :

  • les molécules véritablement actives par leur action pharmacologique : ce sont les composés actifs 
  • et les molécules qui n’ont pas d’action pharmacologique propre mais qui peuvent, dans notre organisme, moduler l’effet et la tolérance des composés actifs et en améliorer l’assimilation : ce sont les composés « utiles »

Cette association complexe de molécules confère à la plante des propriétés médicinales parfois différentes de celles obtenues par seulement certains de ses composants issus d’une extraction sélective. 

Zoom sur le « totum » de la plante

L’ensemble des molécules actives et utiles de la plante constituent le totum. Or, aucune de ces molécules prises séparément n’est généralement capable de reproduire les mêmes effets que la plante d’origine.

Autrement dit, en phytothérapie, 1 + 1 = 3... et même plus ! Le tout, c'est-à-dire la plante ou partie de plante utilisée entière, est supérieure à la somme de chacun de ses composants.

Thumbnail

Le curcuma renferme lui aussi des polyphénols, dont la curcumine, qui, extraite et associée à des composants améliorant sa biodisponibilité, a des propriétés anti-inflammatoire et antioxydante puissantes. Lorsqu’on utilise le curcuma sous la forme de totum, la curcumine y est présente à plus faible concentration mais sa biodisponibilité s’en trouve optimisée sous l’action des autres composants. Parmi ces derniers, des huiles essentielles et des polysaccarides confèrent également à la plante ses propriétés reconnues de protection cardiovasculaire et hépatique et ses effets digestifs, notamment cholagogues, cholérétiques et antiulcéreux.

Parfois, l’emploi du totum est indispensable, comme avec les plantes adaptogènes (rhodiole, ginseng, éleuthérocoque, astragale...) qui ont une richesse moléculaire très importante à l’origine de leurs propriétés multiples, ou encore avec l’aubépine pour laquelle aucune fraction particulière ne peut justifier à elle seule les propriétés pharmacologiques de ce végétal.

Thumbnail

Ainsi, on peut choisir de n’exploiter qu’une fraction des molécules de la plante, c’est le cas de l’extraction partielle de certains composés actifs, ou de recourir à un procédé d’extraction capable de restituer le totum de la plante.

L’extraction partielle permet d’isoler des composés actifs (ce qui peut être utile pour les séparer d’autres composants potentiellement toxiques de la plante, tels les andrographolides de l’andrographis) et/ou de les concentrer pour augmenter leur activité (tels les curcuminoïdes du curcuma). Cette pratique débouche sur une « phytothérapie moléculaire », se rapprochant de l’allopathie basée sur l’utilisation de molécules de synthèse. 

L’utilisation du totum vise à exploiter l’ensemble des composés actifs et utiles de la plante, afin de restituer la totalité de son action médicinale. 
Ceci nécessite de recourir à des procédés industriels adaptés, permettant d’extraire et restituer intact tous les composants de la plante

Les extraits de plantes utilisés en phytothérapie peuvent être obtenus à partir de la plante, ou partie de plante, sèche ou fraîche. 

Le séchage de la plante peut parfois conduire à une altération de certains de ses composés les plus fragiles, et donc à une diminution de son activité.
Recourir à la plante fraîche permet de bénéficier des propriétés intégrales de la plante mais nécessite de pouvoir la congeler rapidement après récolte

Le laboratoire PiLeJe a fait le choix d’élaborer ses solutions de phytothérapie à partir de la plante fraîche.

Thumbnail

Sources

  • Jacques Fleurantin (2013) Du bon usage des plantes qui soignent. Editions Ouest-France.
  • Eric Lorrain 100 questions sur la phytothérapie. Editions La Boétie (2013).
  • Eric Lorrain 50 solutions plantes pour votre santé au quotidien, Editions Tallandier (2016).
  • Jean-Pierre Théallet (2016) Le guide familial des plantes qui soignent. Editions Albin Michel. 
  • Laetitia Bonifait, Daniel Grenier. Les polyphénols de la canneberge : Effets bénéfiques potentiels contre la carie dentaire et la maladie parodontale. J Can Dent Assoc 2010;76:a130_f
  • Site de la Société international de médicine endobiogénique et de physiologie intégrative : https://www.simepi.info/spip.php?article57