Aller au contenu principal
Retour à la thématique Phytothérapie

Mélilot

Plante de l'œdème des jambes

Melilotus officinalis L.

Partie utilisée : sommités fleuries

Utilisation ancestrale

Galien, père de la pharmacie dite « galénique », a introduit le mélilot comme antispasmodique et anesthésique en cas de vertiges et de vomissements au IIe siècle après Jésus-Christ. Cette utilisation a perduré jusqu’à la Renaissance, où le mélilot fut alors couramment utilisé contre les inflammations oculaires (conjonctivites, orgelets…)

Botanique

Le mélilot est une plante bisannuelle des terrains calcaires ou légèrement salés. Les tiges, de 0,5 à 1 mètre, portent des feuilles trifoliées. Les fleurs, jaunes, odorantes, visibles de mai à septembre, sont réunies en grappes allongées. Commun en Europe et en Asie tempérée, le mélilot pousse dans des endroits secs et pauvres. Les sommités fleuries sont les parties de la plante utilisées en médecine.

Thumbnail

Propriétés

Les sommités fleuries de mélilot, riches en coumarines et dérivés coumariniques, sont traditionnellement utilisées en cas d’insuffisance veino-lymphatique, notamment en cas d’œdèmes des jambes1 et des bras2.

Indications

  • Insuffisance veino-lymphatique
  • Lymphœdèmes des jambes/des bras

Associations possibles

Mélilot + Vigne rouge :

jambes lourdes et gonflées

Thumbnail

Précautions d'emploi

Arrêter la prise de mélilot 3 jours avant une intervention chirurgicale.  La prise de mélilot est déconseillée chez la femme enceinte ou allaitante et chez l’enfant, faute de données. Contre-indiqué en cas de maladie du foie et d’hypersensibilité aux substances actives.