Aller au contenu principal
Prendre soin de son microbiote vaginal
Retour à la thématique Microbiotes

Prendre soin de son microbiote vaginal

Le microbiote vaginal se compose à 90% de lactobacilles. De nombreux facteurs liés à l’environnement ou au mode de vie peuvent déséquilibrer le microbiote vaginal.

Un microbiote vaginal déséquilibré devient vulnérable et favorise l’apparition d’inconforts intimes. Découvrez quelques conseils pratiques pour réduire l’impact de ses inconforts sur la vie quotidienne.

Les facteurs de risques du déséquilibre du microbiote vaginal

Certains éléments peuvent venir perturber le microbiote vaginal et le fragiliser :

  • Les causes physiologiques : les menstruations, la grossesse et la ménopause sont les trois périodes clés de modification de la flore vaginale. En cause, l’évolution de la quantité d’oestrogènes présents dans l’organisme, les lactobacilles en étant totalement dépendants. 
  • Le stress : pour s’adapter à une situation de stress, l’organisme produit de l’adrénaline et du cortisol. En cas de stress régulier, ces hormones, produites en excès, peuvent diminuer l’action du système immunitaire et favoriser de manière plus importante l’apparition de ces inconforts. 
  • Le tabac : les substances présentes dans la cigarette telles que la nicotine ou les amines altèrent les cellules vaginales. Les femmes qui fument ont également un taux plus faible d’oestrogènes dans le sang entrainant une diminution des lactobacilles. 
  • La vie sexuelle : la fréquence des rapports impacte directement la flore vaginale. Une activité sexuelle régulière est bénéfique pour la santé du microbiote vaginal. 

Le saviez-vous ?

L’été, de nombreux facteurs sont favorables au développement des désagréments intimes. La chaleur et la transpiration peuvent notamment entraîner une déshydratation. Certains inconforts intestinaux qui surviennent davantage pendant un voyage, peuvent aussi contribuer au développement d’inconforts urinaires. Faites particulièrement attention à ne pas garder votre maillot de bain mouillé trop longtemps, à prendre une douche après la baignade, et à uriner régulièrement et après chaque rapport sexuel.

Prévenir le déséquilibre de la flore vaginale grâce à une bonne hygiène de vie

Les sécrétions vaginales permettent au vagin de « s’auto-nettoyer ». En revanche ce n’est pas le cas de la vulve, il est donc important, dès le plus jeune âge, de pratiquer une toilette douce et efficace pour conserver l’équilibre du microbiote vaginal. 

Quelques règles à retenir : 

  • Effectuez une toilette par jour idéalement avec un produit d’hygiène intime, toujours d’avant en arrière. 
  • Séchez-vous avec une serviette propre
  • Évitez le port de protège-slips, serviettes et tampons en dehors des périodes de règles. 
  • Pendant les règles, changez régulièrement de protection hygiénique. 
  • En cas de déséquilibre récidivant, préférez l’utilisation d’un produit de pH alcalin. La cavité vaginale doit rester acide. Le pH doit être entre 4,5 à 8 sans risque de perturbation pour la flore vaginale.
  • Buvez quotidiennement 1,5 litre d’eau par jour. En cas de cystite, augmentez votre apport de 2 à 2,5 litres afin d’éliminer les germes pathogènes.
Les gestes à éviter pour préserver son microbiote vaginal

Après la ménopause
Durant cette période, la femme est davantage soumise à des fuites urinaires provoquées par une instabilité des muscles pelviens. Le contact répété de l’urine sur la vulve, associé au port de protège-slips, peut fragiliser la zone. Un produit apaisant et hydratant pour la toilette est à privilégier. 

Qui peut vous conseiller ?

Qui peut vous conseiller ?

Trouvez un professionnel de santé près de chez vous, pour vous conseiller. Bénéficier d'un conseil
Bénéficier d'un conseil