Aller au contenu principal
Retour à la thématique Sommeil

Le sommeil, à quoi ça sert ?

Nous passons environ 1/3 de notre vie à dormir….il est donc légitime de s’intéresser à cette fonction physiologique !

Dormir : une fonction vitale

Le sommeil est une fonction vitale de l’organisme, au même titre que la respiration, la digestion ou l’immunité. Il joue également un rôle clé pour l’état de bien-être dans la journée.

Le sommeil n’est pas un état continu : il se compose de 4 à 6 cycles de sommeil, dont chacun dure environ 90 minutes chez l’adulte (chez un sujet sain). chaque cycle de sommeil comprenant plusieurs phases : sommeil lent (léger ou profond), puis sommeil paradoxal.

A la fin de chaque cycle, il peut y avoir un court éveil, suivi par un nouveau cycle de sommeil ou, parfois, par un réveil complet.
Le sommeil lent profond est plus récupérateur ; il est plus abondant pendant les 3 ou 4 premières heures suivant l’endormissement que pendant la deuxième moitié de la nuit de sommeil.

Cycle du sommeil

Le sommeil lent et le sommeil paradoxal n’ont pas les mêmes fonctions physiologiques : 

Sommeil lent : le corps recharge les batteries

Pendant le sommeil lent, le corps et le cerveau sont au repos. L’activité cérébrale et le tonus musculaire diminuent alors, tandis que l’organisme se recharge en sucre en prévision d’une nouvelle journée. C’est aussi pendant cette phase qu’est synthétisée l’hormone de croissance, également appelée somatotropine, hormone favorisant la croissance des enfants mais également utile tout au long de la vie, notamment pour la réparation tissulaire.

Sommeil paradoxal : « la nuit porte conseil »

Pendant la phase de sommeil paradoxal, le corps est au repos mais le cerveau est en éveil. C’est le domaine du rêve : si l’on observe quelqu’un au cours de son sommeil paradoxal, on pourra notamment voir ses yeux bouger. Cette phase joue un rôle important dans les apprentissages et la mémoire à long terme, et permet de « mettre de l’ordre dans ses dossiers ». C’est d’ailleurs pour cela qu’il est souvent conseillé aux enfants de lire une leçon avant de se coucher, pour mieux la retenir le lendemain matin.
Le sommeil joue donc de nombreux rôles pour notre organisme, outre l’évidente mise au repos du corps et de l’esprit.

Les rôles du sommeil

  • Maintien de la vigilance à l’état de veille
  • Elimination des toxines
  • Maintien de la température corporelle
  • Stimulation des défenses immunitaires
  • Reconstitution des stocks énergétiques des cellules musculaires et nerveuses
  • Régulation de l’humeur et de l’activation du stress
  • Production d’hormones, notamment de croissance, et la mélatonine
  • Mécanismes d’apprentissage et de mémorisation
  • Régulation de fonctions telles que la glycémie (et l’appétit)
 

L’importance du sommeil dans le développement de l’enfant

Dès la naissance, la vie du bébé est rythmée par l’alternance des deux états physiologiques fondamentaux : la veille et le sommeil. Comme chez l’adulte, le sommeil s’organise en cycles avec la succession du sommeil agité (paradoxal) et calme (lent). Mais, à la différence de l’adulte, la nuit débute par le sommeil paradoxal, pour finir par le sommeil lent. C’est au fur et à mesure du développement de l’enfant que le sommeil va se réorganiser pour acquérir la même structure que celui de l’adulte.

Le rôle déterminant du sommeil sur le développement physique et cognitif de l’enfant est aujourd’hui bien connu. Lors des premiers mois de la vie, le sommeil va permettre au cerveau du bébé de finir sa maturation, et en parallèle d’assurer la croissance. Ces étapes, fondamentales, expliquent la quantité importante de sommeil nécessaire chez les bébés (environ 14h par jour). En effet, à la naissance et dans la première période de la vie, le bébé dort quasiment toute la journée, alternant phases de sommeil et phases d’éveil. C’est pendant cette période que va se régler son horloge biologique située dans le cerveau, grâce aux indicateurs de temps (alternance lumière obscurité, heure régulière des biberons, interaction avec les parents…)

C’est à partir de 6 mois que le sommeil commence à s’organiser comme celui de l’adulte : le sommeil paradoxal arrive plus tard dans le cycle et devient plus important en fin de nuit, et le sommeil lent se localise de plus en plus dans les premiers cycles de sommeil. Ce sommeil lent est important, car c’est pendant cette phase qu’est synthétisée l’hormone de croissance.

De 1 à 3 ans, la maturation du sommeil se poursuit. Le sommeil lent profond augmente (36% du temps de sommeil) surtout en début de nuit, et le sommeil paradoxal diminue pour atteindre vers 3 ans celui de l’adulte.

Des besoins différents selon l’âge

La National Sleep Foundation (NSF), organisme de recherche américain sur le sommeil,  propose une grille de référence, visant à déterminer le temps de sommeil nécessaire à chacun, en fonction de son âge. Cette fourchette a valeur de simple repère, puisqu’elle ne prend pas en compte les spécificités de chaque individu.

Les spécialistes américains de la NSF, avec un groupe d'experts pluridisciplinaires, en anatomie, physiologie, pédiatrie, neurologie, gérontologie et gynécologie sont parvenus à un consensus, après examen des données scientifiques, sur cette durée de sommeil recommandée en fonction des groupes d'âge. L'objectif de ces lignes directrices cliniques est bien évidemment d'améliorer la qualité et la quantité du sommeil pour réduire la survenue de maladies liées à la privation, aux troubles ou à l'irrégularité du sommeil et/ou dérèglement de l'horloge biologique.

  • Nouveau-nés âgés de 0 à 3 mois: de 14 et 17 heures par jour 
  • Nourrissons âgés de 4 à 11 mois: de 12 et 15 heures par jour 
  • Petits enfants âgés de 1 à 2 ans: de 11 et 14 heures par jour 
  • Enfants d'âge préscolaire âgés de 3 à 5 ans : de 10 à 13 heures par jour 
  • Enfants d'âge scolaire âgés de 6 à 13 ans: de 9 à 11 heures par jour 
  • Adolescents âgés de 14 à 17 ans: de 8 à 10 heures par jour 
  • Jeunes adultes âgés de 18 à 25 ans: de 7 à 9 heures par jour 
  • Adultes d'âge moyen âgés de 26 à 64 ans: 7 à 9 heures par jour
  • Seniors âgés de 65 ans et plus : 7 à 8 heures par jour