Aller au contenu principal
Retour à la thématique Phytothérapie

Astragale

Plante de l'immunité et du vieillissement

Astragalus Membranaceus

Partie utilisée : racines

Utilisation ancestrale

Le genre Astragalus est très vaste regroupant plus de 2000 espèces. Les principales sont l’Astragalus membranaceus et l’Astragalus mongholicus. L’astragale est utilisé en médecine chinoise depuis des centaines d’années comme tonique et pour renforcer la fonction immunitaire1-2.

Botanique

L’astragale est une plante vivace, originaire du Nord et de l’Est de la Chine. On la trouve sur les rivages, dans les estuaires et les forêts de pins. Elle mesure de 60 à 150 cm de hauteur. Ses fleurs sont jaunes et forment des grappes. En médecine traditionnelle, on utilise les racines.

Fleur de l'astragale

Propriétés

L’astragale possède des propriétés immunostimulante, antivirale et anti-inflammatoire. Plusieurs composants de l’astragale ont montré une action de la racine sur le renforcement du système immunitaire et de son activité4-8. Les constituants de l’astragale possèdent des propriétés anti-oxydantes et bénéfiques pour le vieillissement9,10. L’astragale est particulièrement utilisé chez l’adulte fragilisé (maladies chroniques) et les personnes âgées.

Indications 

  • Immunodépression par infections récurrentes (Cytomégalovirus, herpès, …)
  • Sénescence (vieillissement)
  • Accompagnement de syndromes métaboliques
  • Allergies respiratoires

Associations possibles

Astragale + cyprès : Action de renforcement immunitaire et antifibrose 

Association astragale + cyprès

Astragale + réglisse : Action antibactérienne et antivirale au niveau hépato-digestif et respiratoire 

Association astragale + réglisse

Astragale + ginseng : Résistance à la fatigue et aux efforts intenses / énergisant en période de récupération (post-infectieux ou post opératoire)

Association astragale + ginseng

Précautions d'emploi

Du fait de ses effets sur le système immunitaire, cette plante est à utiliser avec précaution (sous surveillance) chez les sujets sous traitement immunosuppresseur3.
Par manque de données suffisantes, l’utilisation d’Astragalus mongholicus n’est pas recommandée chez les femmes enceintes et allaitantes3,4.