Aller au contenu principal
Retour à la thématique Phytothérapie

Chardon Marie

Plante de la protection hépatique

Silybum marianum L.

Partie utilisée : fruit dépourvu de ses aigrettes

Utilisation ancestrale

Plante médicinale très ancienne, le « sillybum » était déjà citée par Dioscoride (77 après JC) comme une plante du genre chardon : elle était utilisée pour traiter les troubles hépatiques et biliaires. Pline l’Ancien recommandait de prendre le jus de la plante mélangé à du miel pour éliminer les excès de bile. Au Moyen Age, la plante était utilisée pour chasser la « mélancolie » ou « bile noire ». De nos jours, son utilisation reste liée au traitement de divers troubles hépatiques et biliaires.

Botanique

Le chardon Marie est une plante herbacée bisannuelle pouvant atteindre 1 m de haut. Elle présente des feuilles d’un vert vif marbrées de blanc et bordées d’épines. En été, au sommet de sa tige robuste, poussent des fleurs tubuleuses, d’un rose pourpre, entourées de bractées piquantes. Les fruits sont noirs et rugueux. Originaire du bassin méditerranéen, elle préfère les sols secs et ensoleillés, incultes, et ne pousse pas au-delà de 700 m d’altitude.

Thumbnail

Propriétés

Le fruit du chardon Marie est hépatoprotecteur, détoxicant hépatique et cholagogue : c’est-à-dire qu’il protège le foie et limite la survenue de cirrhoses ou d’hépatites1 ; 2, qu’il active l’épuration du foie3 ; 4 ; 5 et qu’il favorise l’élimination de la bile6. De plus, le chardon Marie a une action complémentaire anti-inflammatoire7 ;8 ; 9 et anti-diabétique10 ; 11. Il favoriserait aussi la lactation.

Indications

  • Protection du foie (alcool, médication, chimiothérapie...).

Associations possibles

Chardon Marie + Desmodium (et éventuellement Radis noir) :

protection hépatique

Thumbnail

Précautions d'emploi

Contre-indiqué en cas d’obstruction des voies biliaires, ne pas utiliser chez les personnes allergiques aux plantes Astéracées.