Aller au contenu principal
Retour à la thématique Micronutrition

Vitamine D

La vitamine D permet d’assurer la minéralisation des os, des cartilages et des dents, contribue au fonctionnement normal du système immunitaire et au maintien d’une fonction musculaire normale.

Les principales fonctions biologiques de la vitamine D 

La vitamine D* contribue à une absorption et une utilisation normales du calcium et du phosphore et au maintien de taux normaux de calcium dans le sang. Elle permet d’assurer la minéralisation des os, des cartilages et des dents pendant et après la croissance : elle est nécessaire à une croissance normale et au développement osseux chez les enfants.

Avec le calcium, elle aide à : 

  • réduire la perte minérale osseuse chez les femmes ménopausées, facteur de risque des fractures liées à l’ostéoporose,
  • réduire le risque de chute associé à une instabilité posturale et à une faiblesse musculaire, facteur de risque de fractures chez les personnes de plus de 60 ans,
  • maintenir une fonction musculaire normale et une bonne santé dentaire.

Elle contribue également au fonctionnement normal du système immunitaire et est impliquée dans le processus de division cellulaire.

*Résultats des évaluations scientifiques réalisées pour les allégations de santé par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (European Commission, 2016). Allégation santé : toute allégation qui affirme, suggère ou implique l’existence d'une relation entre, d’une part, une catégorie de denrées alimentaires, une denrée alimentaire ou l’un de ses composants et, d’autre part, la santé.

Les références nutritionnelles

La vitamine D désigne principalement le cholécalciférol (vitamine D3) et l’ergocalciférol (vitamine D2). La vitamine D3 est synthétisée par les cellules de la peau à partir d’un dérivé du cholestérol sous l’action des rayons ultraviolets (UV) B, ou est apportée par les aliments d’origine animale, alors que la vitamine D2 est d’origine végétale. La vitamine D est transportée vers le foie où elle est subit une transformation chimique (hydroxylation) pour être stockée dans l’organisme. Une seconde transformation (par hydroxylation aussi) est effectuée dans le rein pour produire la forme active de la vitamine D.

Pour la vitamine D, la référence nutritionnelle pour la population est la suivante :

Tableau-ref-nutritionnelle-vitamine-D

L’apport satisfaisant est estimé à 10 μg/j pour les enfants de 7 à 11 mois et à 15 μg/j pour les enfants de 1 à 17 ans. Les femmes enceintes ou allaitantes ne sont pas considérée comme ayant un besoin majoré en vitamine D.

La référence nutritionnelle pour la population est l’apport qui couvre le besoin de presque toute la population considérée, tel qu’estimé à partir des données expérimentales. Elle correspond à l’ancien ANC, apport nutritionnel conseillé.
L’apport satisfaisant est l’apport moyen d’une population ou d’un sous-groupe pour lequel le statut nutritionnel est jugé satisfaisant. L’apport satisfaisant est la référence nutritionnelle retenue quand la RNP ne peut pas être estimée faute de données suffisantes.

Sources et apport en vitamine D

La vitamine D est différente des autres vitamines car son apport est assuré à la fois par l’alimentation et par une production par l’organisme qui résulte de l’exposition au soleil

La synthèse de vitamine D par les cellules de la peau peut représenter jusqu’à 80 % des apports dans des conditions d’exposition régulière au soleil.

L’apport complémentaire par une alimentation variée et équilibrée permet généralement de couvrir le besoin en vitamine D tel qu’estimé par les références nutritionnelles. Cependant, chez des populations vivant dans des régions peu ensoleillées durant la période hivernale ou chez des personnes à peau foncée, l’alimentation constitue une part plus importante des apports en vitamine D.

Les principales sources alimentaires de vitamine D sont l’huile de foie de morue et les poissons gras. Les œufs et les fromages sont aussi souvent mentionnés. Comparativement, la teneur en vitamine D des végétaux est faible. Cette vitamine résiste bien à la chaleur et reste présente dans les aliments cuits.

ALIMENTS TENEUR EN VITAMINE D (µg/100g)
Huile de foie de morue 250
Hareng fumé 22
Flétan 21,2
Fromage à pâte molle 15
Sardine 14
Oeuf 1,88
Fromage blanc nature 1,5

Pour savoir quels autres aliments contiennent de la vitamine D, rendez-vous sur le site de l’ANSES.

Carence et excès en vitamine D

Seul le dosage de la forme résultant de la première transformation dans le foie, c’est-à-dire le calcifédiol, permet d’apprécier les stocks de vitamine D dans l’organisme. Un taux sanguin de calcifédiol en dessous de 25 nmol/L révèle un déficit sévère en vitamine D.

Une carence en vitamine D conduit :

  • au rachitisme chez l’enfant (déformations osseuses avec retard d’ossification, faiblesse musculaire, tétanies),
  • à l’ostéomalacie (douleurs osseuses et musculaires)
  • à l’ostéoporose chez l’adulte.

En France, l’analyse définitive de l’étude nationale Nutrition Santé 2006-2007 a montré qu’environ 80 % des adultes avaient un taux sanguin de calcifédiol en dessous du seuil considéré comme optimal (75 nmol/L).
Plus de 40% des adultes avaient un déficit modéré (<50 nmol/L) et environ 5 % un déficit sévère (< 25 nmol/L).

L’intoxication à la vitamine D est rare mais peut être provoquée par une complémentation quotidienne à des doses trop élevées. Cette intoxication entraîne une hypercalcémie (taux de calcium sanguin anormalement élevé) qui peut se caractériser par une anorexie, des nausées, une polyurie, une constipation, de la fatigue, une perte de poids, des céphalées, une dépression, des calcifications rénales et vasculaires, de l’hypertension et une anémie. Lors d’une intoxication sévère, l’hypercalcémie peut conduire à une insuffisance rénale irréversible et à une insuffisance cardiaque susceptible d’entraîner le coma et la mort.

Carence : Le terme de carence est réservé aux états de déficits s’accompagnant de manifestations cliniques évidentes (sinon on parle de déficience) 

Déficience : Le terme de déficience est réservé aux états de déficits objectivables uniquement sur le plan biologique par l’utilisation de marqueurs de réserves. Les états de déficience ne s’accompagnent pas de manifestations cliniques spécifiques évidentes. (Ministère de l’Emploi et de la Solidarité 2000)