Aller au contenu principal

Les « psychobiotiques »

Certaines bactéries probiotiques sont capables de fabriquer et sécréter des substances utilisées dans le cerveau comme neuromédiateurs. Une revue a récemment compilé les résultats en faveur du concept de « psychobiotiques », à savoir l’utilisation de souches probiotiques pour lutter contre des troubles ou maladies psychiatriques. Par exemple, certaines souches Lactobacillus et Bifidobacterium produisent de l’acide gamma-aminobutyrique (GABA), un des principaux neurotransmetteurs inhibiteurs dont les anomalies retentissent sur les phénomènes d’anxiété et de dépression. Chez le rat, l’ingestion de Bifidobacterium infantis a permis d’augmenter le taux sérique de tryptophane, un précurseur de la sérotonine, molécule très impliquée dans la régulation de l’humeur.

Une stratégie thérapeutique prometteuse pour la dépression

Il a aussi été rapporté que d’autres souches sont capables de produire de l’adrénaline, de la sérotonine ou de la dopamine. Enfin, une étude réalisée chez l’homme a montré qu’une association de probiotiques prise pendant 30 jours permettait de réduire les niveaux de stress.

Ainsi, les probiotiques pourraient représenter une nouvelle stratégie thérapeutique prometteuse pour le stress et la dépression.