Aller au contenu principal
Retour à la thématique Santé de la femme

Cancer du sein : lutter contre les risques avec les probiotiques

Le tissu mammaire n’est pas stérile, il se compose également d’une flore bactérienne propre à chaque individu et ce microbiote peut également se dérégler. La comparaison scientifique des bactéries contenues dans le microbiote mammaire de femmes en bonne santé et d’autres ayant été malades du cancer du sein ont permis de mettre en lumière les bénéfices d’un apport en probiotiques.

Recherche : comparer les corps sains et malades

L’environnement, en plus des facteurs génétiques, joue un rôle dans le développement du cancer du sein. Afin de mieux comprendre son influence, une équipe de chercheurs a séquencé l’ADN des tissus mammaires de 58 femmes ayant subi une mastectomie ainsi que celui de 23 femmes en bonne santé. Cette étude a montré les différences de la composition bactérienne des tissus

Résultats : une composition bactérienne différente

Chez les femmes ayant subi une mastectomie, des niveaux élevés d’Escherichia Coli et de Staphylococcus epidermidis ont été retrouvés : ces « mauvaises bactéries » sont connues pour induire des cassures double-brin d’ADN. Le mécanisme de réparation de ces cassures double-brin comporte un taux élevé d’erreurs qui conduisent finalement au développement de cancer. À l’inverse, chez les femmes en bonne santé, un nombre élevé de Lactobacillus et Streptococcus a été observé. Ces espèces sont considérées comme bénéfiques dans la prévention du risque de cancer. Streptococcus thermophilus, par exemple, produit des antioxydants qui neutralisent les espèces réactives de l’oxygène, responsables de dommages sur l’ADN.

Comment renforcer le microbiote mammaire ?

La protection bactérienne de ce microbiote pourrait être renforcée par la prise de probiotiques. Certaines études montrent la capacité des lactobacilles, bactéries lactiques indispensables à la protection du microbiote, à atteindre la glande mammaire. Les probiotiques sont donc une nouvelle option pour améliorer la prise en charge du cancer du sein, même s’il « reste néanmoins à vérifier les effets liés aux interactions possibles avec le système immunitaire de l’hôte » soulignent les chercheurs.
Les probiotiques pourraient également s’avérer intéressants chez les femmes n’ayant jamais allaité, l’allaitement jouant un rôle dans la réduction du risque de cancer grâce aux bactéries bénéfiques contenues dans le lait maternel.