Aller au contenu principal

Interview du Dr Jacky Maillot

Médecin de l’équipe Groupama-FDJ

  1. Jacky, vous êtes le médecin de l’équipe cycliste Groupama-FDJ, comment avez-vous abordé la préparation de l’équipe pour cette année 2018 ? 

    Pour anticiper la saison 2018 nous avons réalisé tous nos bilans médicaux dès la fin de la saison sportive 2017. Dès octobre, nous réalisons par exemple, plusieurs tests cardiologiques d’effort, des tests posturologiques ou encore des échographies cardiaques. Les bilans biologiques micro-nutritionnels sont également réalisés à cette période. Selon le déséquilibre relevé (stress oxydatif, perturbations immunitaires, hyper perméabilité intestinale ...), nous pouvons mettre en place une période de repos plus longue pour le sportif afin de lui permettre de récupérer plus efficacement.

    Lors de notre premier rassemblement de décembre, nous organisons des rendez-vous individuels et collectifs avec notre micro-nutritionniste afin d’expliquer aux sportifs l’impact de la nutrition sur leur santé et leur performance. Ce rassemblement nous permet également de leurs donner des conseils individualisés en fonction de leur bilan et de répondre à leurs questions concernant la stratégie micro-nutritionnelle mise en place par l’équipe GROUPAMA FDJ.
     

  2. Il est bien connu que les sportifs de haut niveau sont souvent victimes de perturbations. En ce qui concerne les cyclistes que vous suivez en micronutrition depuis plusieurs années, avez-vous pu constater des changements ? des améliorations concernant ces perturbations ? 

    Le rythme intense des cyclistes professionnels (25 h de sport hebdomadaires, 300j par an), cumulé au stress psychologique, aux contraintes climatiques ainsi qu’à la gestion du jet lag, nous permet de constater de nombreuses perturbations, notamment sur le plan immunitaire avec une hyper perméabilité de la muqueuse intestinale et une croissance significative du stress oxydatif.

    Malgré une qualité de l’assiette souvent parfaite, ces perturbations perdurent et peuvent s’expliquer par une prédisposition génétique à la gestion physiologique et métabolique des charges de travail.

    Ces constats de terrain, méritent d’être approfondis par des études scientifiques, afin de nous permettre de cibler la muqueuse intestinale comme le point de départ de beaucoup de perturbations, freinant par conséquent les performances du sportif.   
    L’utilisation régulière de probiotiques et de prébiotiques associée à une adaptation macro nutritionnelle, nous permet de constater une amélioration très significative sur les événements infectieux récurrents, les blessures et sur le temps de récupération de la fatigue post effort. Cela a donc une incidence sur la santé du sportif ainsi que sur ses performances.

Thumbnail