Aller au contenu principal
Retour à la thématique Micronutrition

Sélénium

Le sélénium est impliqué dans le  métabolisme des hormones thyroïdiennes et contribue à la protection des cellules contre le stress oxydatif.

Les principales fonctions biologiques du sélénium

Le sélénium est un oligo-élément qui entre dans la composition de certaines protéines. Ces ‘sélénoprotéines’ sont impliquées dans le métabolisme des hormones thyroïdiennes et dans la défense contre le stress oxydatif..

Le sélénium* contribue ainsi :

  • à une spermatogenèse normale (production des spermatozoïdes),
  • au maintien de cheveux et d’ongles normaux,
  • au fonctionnement normal du système immunitaire et de la thyroïde,
  • et à la protection des cellules contre le stress oxydatif1.

*Résultats des évaluations scientifiques réalisées pour les allégations de santé par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (European Commission, 2016). Allégation santé : toute allégation qui affirme, suggère ou implique l’existence d'une relation entre, d’une part, une catégorie de denrées alimentaires, une denrée alimentaire ou l’un de ses composants et, d’autre part, la santé.

1 Le stress oxydatif est une agression des cellules par des particules appelées ‘dérivés réactifs de l’oxygène’ (comme par exemple, les radicaux libres) qui sont produits en permanence par l’organisme. Il favoriserait le vieillissement et serait impliqué dans de nombreuses maladies comme les maladies cardio-vasculaires et le cancer.

Les références nutritionnelles pour la population

La référence nutritionnelle retenue par l’Anses est l’apport satisfaisant :

Tableau-ref-nutritionnelle-selenium

L’apport satisfaisant est l’apport moyen d’une population ou d’un sous-groupe pour lequel le statut nutritionnel est jugé satisfaisant.

Pour les enfants et adolescents de 1 à 19 ans, l’apport satisfaisant a été estimé être inférieur à celui des adultes et croissant avec l’âge (de 10 µg à 70 µg). La femme enceinte ou allaitante n’est pas considérée comme ayant un besoin plus élevé en sélénium.

Les sources nutritionnelles de sélénium

Les principales sources alimentaires de sélénium sont les poissons et crustacés, la viande, les oeufs et les oléagineux (colza, tournesol, arachide, soja, sésame, noix, amande, olives, noisettes,etc.).

ALIMENTS TENEUR EN SELENIUM (µg/100g)
Thon au naturel 305
Cabillaud 136
Lieu noir 120
Noix du Brésil 103
Jaune d'oeuf 83,5
Lapin 73
Foie de veau 40

Pour savoir quels autres aliments contiennent du sélénium, rendez-vous sur le site de l’ANSES.

Carence et excès en sélénium

La carence en sélénium est rare. Elle peut concerner les personnes souffrant de maladies intestinales chroniques comme la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse, et se traduire par exemple par des troubles cardiovasculaires, une baisse de l’immunité et de la fertilité masculine et par une fréquence plus élevée de certains cancers.

En excès, la toxicité du sélénium peut se traduire par des cheveux cassants, des ongles friables et présentant des stries horizontales, une peau qui s’infecte facilement, une haleine aigre et par l’installation d’une fatigue.

Carence : Le terme de carence est réservé aux états de déficits s’accompagnant de manifestations cliniques évidentes (sinon on parle de déficience) 

Déficience : Le terme de déficience est réservé aux états de déficits objectivables uniquement sur le plan biologique par l’utilisation de marqueurs de réserves. Les états de déficience ne s’accompagnent pas de manifestations cliniques spécifiques évidentes. (Ministère de l’Emploi et de la Solidarité 2000).