Aller au contenu principal
Retour à la thématique Phytothérapie

Valériane

Plante de l'anxiété, de l'angoisse

Valeriana officinalis L.

Partie utilisée : racines

Utilisation ancestrale

La valériane, porteuse de nombreux synonymes ( « herbe aux chats », « guérit tout », et plus récemment « valium végétal »), est utilisée depuis l’Antiquité pour diverses propriétés, notamment ses vertus sédatives et relaxantes. Ces vertus sont vraisemblablement à l’origine de son nom : Valeriana vient en effet du latin valere, qui signifie « être en bonne santé ». Hippocrate et Dioscoride, dans l’Antiquité grecque, la recommandaient déjà pour traiter l’insomnie.

Botanique

La valériane est une plante herbacée vivace mesurant de 1 à 1,5 mètre de hauteur, originaire d’Europe et d’Asie. On la trouve dans les lieux ombragés et humides. Les fleurs, de couleur blanche ou rose, donnent naissance à un fruit, un akène surmonté de soies plumeuses. Toute la plante dégage une odeur caractéristique attirant les chats. La racine est la partie utilisée en thérapeutique ; celle-ci se récolte en septembre-octobre, après la floraison.

Thumbnail

Propriétés

La racine présente des propriétés sédatives1, anxiolytiques et décontractantes2. Plusieurs essais cliniques sur la racine ont montré que la valériane améliore la qualité du sommeil et diminue le temps d’endormissement1.
Grâce à son action décontractante, la valériane peut être conseillée pour soulager les tensions musculaires (épaule, torticolis, dos…).

Indications

  • Difficultés d’endormissement
  • Anxiété, angoisse
  • Tension musculaire et nerveuse

Associations possibles

Valériane + Eschscholtzia :

troubles de l’endormissement avec anxiété

Thumbnail

Valériane + Harpagophytum :

douleurs articulaires avec contracture 

Thumbnail

Précautions d'emploi

Déconseillée chez l’enfant de moins de 12 ans, chez la femme enceinte et allaitante. Contre-indiquée chez les personnes allergiques aux Valérianacées.