Aller au contenu principal

Etat des lieux des connaissances

La façon de s’alimenter et le mode de vie sont des déterminants majeurs d’un état de bonne santé.

De nombreuses études montrent en particulier qu’une alimentation apportant trop de glucides associée à un mode de vie sédentaire sont des facteurs de risque de surpoids et d’obésité mais aussi de nombreuses maladies chroniques : diabète de type 2, maladies cardiovasculaires, hypertension artérielle, arthrose, certains cancers, etc.

Les risques de maladies chroniques

Diabète de type 2

Le diabète de type 2 est lié à une élévation chronique du taux de glucose dans le sang, conduisant à un état d’hyperglycémie.

La maladie est favorisée par une baisse de la sensibilité des cellules à l’insuline (on parle d’insulino-résistance), une hormone pancréatique qui favorise l’utilisation du glucose par les cellules de l’organisme et contribue à diminuer son taux sanguin.

Or, on sait que cet état d’insulino-résistance des cellules est favorisé par le surpoids, l’obésité et/ou une consommation excessive de glucides, les sucres.

Thumbnail

Les maladies cardiovasculaires

Les maladies cardiovasculaires regroupent les pathologies liées au phénomène de l’athérosclérose, dépôt de graisses au niveau des artères favorisant leur rétrécissement et leur obstruction : angine de poitrine, accidents vasculaires cérébraux, insuffisance cardiaque, etc.

Comme pour l’hypertension artérielle, l’âge est le principal facteur de risque de maladies cardiovasculaires. Mais on sait là encore que le surpoids, la sédentarité et la façon de s’alimenter accélère le vieillissement des artères, augmente leur rigidité et favorise la formation de plaques d’athérome, ces dépôts graisseux dans les artères.

Thumbnail

Cancer

Le surpoids et l'obésité sont reconnus comme des facteurs de risque de développer certains types de cancers : cancer du sein chez la femme ménopausée, cancer de l’endomètre, de l’ovaire, du rein, du foie ou encore cancer colorectal. De nombreuses études ont montré qu’une surcharge pondérale était associée à  une augmentation des taux de plusieurs hormones dont certaines sont impliquées dans la prolifération de cellules cancéreuses.

Arthrose

Enfin, on sait également que l’excès de poids est un facteur de risque d’arthrose, non seulement de la hanche et du genou (zones où s’exercent les contraintes mécaniques liées au surpoids), mais aussi des mains ou des doigts.

Des études ont en effet mis en avant le rôle délétère sur le cartilage de certaines cytokines sécrétées par les adipocytes, les cellules graisseuses.

Ces cytokines sont produites en excès chez les personnes en surpoids et favorisent l’inflammation.

Thumbnail

Sources :