Aller au contenu principal

Les protéines fonctionnelles

 
 

Fort de son expertise nutritionnelle sur les protéines dans le domaine de la perte de poids, le laboratoire PiLeJe a étendu ses recherches à d’autres champs d’applications en développant les « protéines fonctionnelles ». 

Ces dernières sont des protéines « intelligentes » qui répondent à des besoins particuliers
Elles entrent dans la composition de produits spécifiques qui peuvent par exemple s’adresser, sur conseil du médecin, à des sportifs, à des personnes âgées dénutries souffrant en particulier d’une fonte de leur masse musculaire (sarcopénie), ou encore à des personnes en état de fatigue chronique consécutif à un stress prolongé

En pratique, les protéines fonctionnelles peuvent être :

  • des protéines dont on a augmenté la teneur en un acide aminé particulier,
  • des protéines que l’on a associées à des micronutriments ou à des plantes particulières.
Thumbnail

Augmentation de la teneur en acides aminés

La leucine, à une certaine dose, déclenche l’anabolisme musculaire c'est-à-dire la fabrication des fibres musculaires. Une concentration élevée en leucine est particulièrement intéressante chez des personnes âgées dénutries ou encore après une fracture pour aider à reconstituer la masse musculaire.

La tyrosine est un acide aminé qui sert à la fabrication de la dopamine et de la noradrénaline, deux neurotransmetteurs qui interviennent dans l’équilibre des émotions, de la motivation et de la concentration. Une supplémentation en tyrosine est utile et proposée dans la gestion des états de fatigue associés à un stress chronique.

Le tryptophane est un acide aminé précurseur de la sérotonine, un neurotransmetteur qui intervient dans les mécanismes des pulsions alimentaires. Il est par exemple proposé dans le cadre de troubles du comportement alimentaire. 

Thumbnail

Association à des micronutriments ou à des plantes

Pour agir sur le stress

La rhodiole et le magnésium peuvent tout particulièrement être associés à la tyrosine dont ils complémentent l’action.

La rhodiole est une plante adaptogène qui aide l’organisme à mieux surmonter une période de stress physique ou psychique. Le magnésium est quant à lui consommé en grande quantité par l’organisme lors d’un stress chronique.

Pour rééquilibrer le microbiote intestinal

Des fibres peuvent être associés aux protéines pour agir sur une potentielle dysbiose (ou déséquilibre du microbiote intestinal). 

Pour réguler la glycémie

Le chrome présente un intérêt particulier en association au tryptophane avec lequel il agit en synergie.

Cet oligo-élément, joue un rôle essentiel dans le métabolisme lipidique et glucidique. Il aide en particulier à réguler la glycémie et les pulsions alimentaires.

Thumbnail

Sources :

  • Site de pharmacologie : https://www.pharmacorama.com/pharmacologie/mediateurs/medicaments-impact-serotoninergique/serotonine/
  • Document de l’IEDM (Institut européen de diététique et micronutrition) : « Les acteurs nutritionnels du cerveau ».
  • Document de l’IESV (Institut Européen des Substances Végétales) : « Les plantes médicinales 2016-2017 ». 
  • Document de la SFNCM (Société Francophone Nutrition clinique et Métabolisme) : « Complémentation ou supplémentation en oligo-éléments : qui, pourquoi, comment ? 2017 »